Message
On a tendance à diviser les jeux vidéo en deux catégories : les AAA et les jeux indépendants. Les premiers ont des graphismes incroyables, une durée de vie souvent conséquente, un monde gigantesque et sont poussés par des équipes monstrueuses. Les seconds sont plus petits, car bien sûr peu de gens travaillent dessus ; mais ils compensent leur manque de moyens avec une direction, une âme, parce qu'ils sont justement faits par peu de gens et qu'aucun éditeur n'est là pour les guider vers quelque chose de plus commercial. Les jeux qui sont entre les deux sont rares. On peut penser à ceux édités par Focus, et maintenant à Hellblade: Senua's Sacrifice.

Valkyrie kiri kiriiii
C'est dur de faire des titres débiles quand on doit parler d'un jeu sérieux, mais c'est la tradition. Senua est une jeune guerrière celte. Son monde est celui des dieux, des géants de glace, d'Odin, de Fafnir et de Brunehilde. On comprend au début de l'aventure qu'elle veut se rendre aux enfers de la mythologie scand

Lire toute la news sur Nofrag.com...
Je l'ai pas encore fini mais c'est clairement un jeu qui possède une ambiance unique et quelque peu exceptionnels avec un design sonore qui fait plaisir à entendre. Visuellement c'est pas parfait loin de là mais il y a la aussi un travail sur l'ambiance et les effets visuelles pour retranscrire la psychose permette vraiment d’apprécier d'autant plus l’œuvre.

Les combats même si simplistes sont en effet très dynamique, ce n'est pas difficile et la parade et l'esquive pardonne à peu près tout si tant est que le timing n'est pas complétement à la rue, les voix offres de l'information qui sont volontairement caché par la caméra très proche et les boss même si pas très varié offre des séquences qui savent faire monter la tension et il est impossible de simplement y allez en fonçant dans le tas, la patience est de mise.

Pour ce qui est des puzzles, c'est finalement la lenteur du personnage qui fait que ça en devient ennuyant, même en courant tout le temps, il ne faut pas être pressé et les puzzles ne brillent pas par leur complexité.

En plus le jeu incite à explorer les zones car tout les éléments d'histoire ne sont pas nécessairement en plein milieu du chemin donc avec la lenteur du personnage il faut savoir apprécié le paysage qui nous entoure.

Par contre, il est conseillé de jouer au casque car ils ont fait des enregistrement binauraux pour permettre de créer de la 3D sonore, manque de bol, je ne dois pas être suffisamment proche des courbes HRTF qu'ils ont utilisées ce qui rend l'effet totalement inefficace pour moi. Ceci dit avoir une voix qui te susurre à l'oreille qui tu va mourir, c'est toujours plus sympa au casque.
La description du système de combat me fait penser à Ryse. C'était pas original du tout mais ça faisait le taf et c'était surtout les ennemis, qui avaient différent pattern, qui rendaient les combats plus dynamiques. Et graphiquement y'avait quelques séquences assez cools.

Pour 30€ peut être pas, mais une fois en promo ça a l'air tentant.
J'ai trouvé ce jeu ultra pénible. Bien content de voir les crédits après 5 heures.
Je suis content de voir que je n'ai pas été le seul à apprécier le jeu.
En terme de narration et d'ambiance c'est très réussi, les passages dans l'obscurité, quand l'on rencontre un dieu...
J'ai trouvé que les puzzles avaient le mérite aussi de varier, d'offrir de nouvelles mécaniques pour les résoudre quasiment à chaque fois, même si l'on reste sur "trouver des runes".
Le système de combat, c'est une belle réussite aussi et pourtant c'était ce qui me semble le plus nul en regardant des vidéos. Y'a une certaine variété de combos aussi, j'ai l'impression que tu es passé à côté pedro, il y a plus que juste coup faible ou fort.

Le point faible du jeu pour moi, c'est vraiment sa première partie. Il suffit de coincer sur une ou 2 énigmes pour que l'on commence à "subir" les mouvements de Senua, rendant le tout lent, ennuyeux et redondant. Or le jeu, tout du long proposera des surprises et des variations pour garder le joueur intéressé et curieux.

Franchement, c'est à ne pas rater si vous attachez de l'importance à l'histoire, l'ambiance et ce qu'un jeu veut vous faire ressentir.
Le côté combat, ça me botte bien (ça fait penser à un The Witcher bourrin).

Par contre les énigmes qui prennent la majorité du temps...
C'est bien plus un jeu d'ambiance qu'un jeu de combat, il y a d'ailleurs un bon passage ou tu n'a tout simplement plus d'épée.

Si tu n'est pas attiré par l'histoire et l'ambiance retranscrite de la psychose, tu peux passer ton chemin.
L_etranger a dit :
J'ai trouvé ce jeu ultra pénible. Bien content de voir les crédits après 5 heures.
Pareil , les déplacements sont une corvée , trop lent ,bloqué par trop "d'obstacle" , ont meurt des-fois sans comprendre pourquoi et le manque total de choix et d'exploration deviens au final frustrant,on ne fait que subir pendant toute la partie, puis c'est bien de faire un background sur les vikings , sauf que ça ne sert strictement a rien .
Nofrag, l'actualité des simulateurs d'ennui.
horsehacker a dit :
Pareil , les déplacements sont une corvée , trop lent ,bloqué par trop "d'obstacle" , ont meurt des-fois sans comprendre pourquoi et le manque total de choix et d'exploration deviens au final frustrant,on ne fait que subir pendant toute la partie, puis c'est bien de faire un background sur les vikings , sauf que ça ne sert strictement a rien .
J'ai l’impression que tu est un peu passé à côté de l'histoire du jeu, tout le background sur les dieux nordiques servent soit de parallèle avec l'histoire soit de background pour des personnages et dieux que tu rencontre.

J'ai jamais été bloqué sans raison et encore moins mort sans la moindre justification surtout qu'il faut y allez pour mourir pendant les combats (en dehors, ça dépend du moment de l'histoire mais les voix donnent plein d'indication sur ce qu'il faut faire dans ce genre de situation).

Par contre il y a une orgie de combat sur la fin avec une musique géniale et pour ceux qui l'ont fini, vous avez regardé le petit documentaire aussi?
firekorn a dit :

J'ai l’impression que tu est un peu passé à côté de l'histoire du jeu, tout le background sur les dieux nordiques servent soit de parallèle avec l'histoire soit de background pour des personnages et dieux que tu rencontre.

J'ai jamais été bloqué sans raison et encore moins mort sans la moindre justification surtout qu'il faut y allez pour mourir pendant les combats (en dehors, ça dépend du moment de l'histoire mais les voix donnent plein d'indication sur ce qu'il faut faire dans ce genre de situation).

Par contre il y a une orgie de combat sur la fin avec une musique géniale et pour ceux qui l'ont fini, vous avez regardé le petit documentaire aussi?
J'ai joué en vo , donc j'ai du louper des truc car j'ai bien compris les histoires sur les dieux mais j'ai pas vraiment saisie le parallèle avec la trame principale.
Quand je parle d’être bloqué il y a deux sens :le premier au sens littéral, un vulgaire cailloux mal placé et ton perso avance plus, le deuxième, le symbole qui n'est pas prix en compte car ton angle n'est pas bon au millimètre prêt.
Sinon par curiosité la fin tu l’interprété comment ?
quant on voit que c'est elle la chauve a moitie brûlé qui reste allongé, genre elle est guéri?
Il y a tout une partie sur l'épée, il y a une partie sur Ragnarok qui est ensuite mentionné et il y a aussi tout une partie autour de la mort et l'acceptation de celle-ci même pour les dieux qui fait un parallèle avec l'évolution de Senua au dur et a mesure qu'elle avance dans sa quête.

D'ailleurs le documentaire raconte un peu le passé de Senua qui n'est pas vraiment mentionné dans le jeu et apporte quelque éclaircissement.

Quand j'ai trouvé le symbole, ça m'a jamais pris plus de 10 secondes pour réussir à l'activer, le plus chiant est d'y arriver ou de le voir. Je suis peut être un cas particulier mais j'ai pas eu de souci de bug.

Pour la fin, c'est tellement ouvert que c'est dur de donné une seule interprétation.

Soit tu considère que Hela a eu pitié d'elle et la laisse partir puisque qu'elle a enfin accepté la mort de Dillion, soit tu admet que cette quête n'était finalement qu'une hallucination provoqué par la mort de Dillion, soit tu considère que le fait qu'elle est reniè les dieux les a fait disparaitre mais rend aussi impossible son souhait de retrouver Dillion ou bien tu considère qu'elle est bel et bien morte et que Hela l'a accepté dans son royaume.

Il est probablement possible de trouver quelque autres variantes, mais ça dépend vraiment de ce que tu pense avoir perçu comme réel ou non au travers des yeux de Senua.
La fin est super évidente selon moi.

Et sinon, pourquoi continuer à faire un jeu qui vous déplait ? Surtout que vous êtes passé pas mal à côté.
Pedrodactyl a dit :
La fin est super évidente selon moi.

Et sinon, pourquoi continuer à faire un jeu qui vous déplait ? Surtout que vous êtes passé pas mal à côté.
Tu peux donner ton analyse en particulier sur la fin ? je pense que hela et senua sont la même personne , mais le fait qu'on voit le corps de hela comme mort me laisse perplexe
Sinon je n'ai parler que des défauts , mais l'ambiance unique , le visuel ,le scénario m'on donné envie de continuer malgré tout, même si je ne pense pas que j'aurais tenu 20h en plus.
J'ai aussi eu quelques bug bien gênants du style la porte qui est déverrouillé par les symboles mais ne s'ouvre pas, du coup faut tout refaire >_<
Cela s'explique facilement si tu considère que ce n'est qu'une hallucination de plus ce qui n'est pas improbable dans le cas de Senua.
Explication moisie parce que sur le téléphone.

Si tu prends juste que Senua est psychotique et que tout se passe dans sa tête, tu vois que tout à un sens. Le gars du feu/traumatisme lié à sa mère au bucher, la voix super grave/son père etc. Hela c'est la crystalisation de toutes les tortures qu'elle s'inflige elle-même, ou même de sa psychose. A la fin elle est en paix, toujours psychotique, mais lavée de tout ça parce qu'elle a su abandonner la lutte. The Darkness, c'est sa psychose. Son père est celui qui l'a rendu comme ça. Y'a rien de divin ou magique dans le monde réel.
Pedrodactyl a dit :
Explication moisie parce que sur le téléphone.

Si tu prends juste que Senua est psychotique et que tout se passe dans sa tête, tu vois que tout à un sens. Le gars du feu/traumatisme lié à sa mère au bucher, la voix super grave/son père etc. Hela c'est la crystalisation de toutes les tortures qu'elle s'inflige elle-même, ou même de sa psychose. A la fin elle est en paix, toujours psychotique, mais lavée de tout ça parce qu'elle a su abandonner la lutte. The Darkness, c'est sa psychose. Son père est celui qui l'a rendu comme ça. Y'a rien de divin ou magique dans le monde réel.
Très juste, et c'est ce que le documentaire pousse aussi comme raisonnement.
En effet, je rejoins Predrodactyl sur la fin, d'autant que l'intéressant petit documentaire fourni avec le jeu va dans cette direction (sachant qu'il est explicitement dit que le thème principal du jeu est le deuil).
A noter que si on actives toutes les stèles du jeu (seul et unique objectif secondaire), le seul bonus est un petit dialogue d'une minute juste avant le dernier combat, explicitant le rôle d'une des hallucinations. C'est tout.

Et le côté psychotique, raison qui m'a poussé à acheter le jeu (surtout que je m'étais refait Downfall et The Cat Lady cette semaine) est très bien traité. Le travail de recherche et de représentation de ces troubles mentaux est intelligent et surtout très décent.
En visionnant le documentaire après le jeu, ça fait bizarre de découvrir un des malades nous expliquer la présence des voix entendues ; un autre nous expliquer qu'une partie de l'environnement se fragmente ou se dé-sature (effets fréquents dans les cutscenes et dispo en mode photo) ; ou encore un médecin expliquer qu'un patient s'inventait des énigmes pour pouvoir voir une porte qui était invisible pour lui et sortir d'un pièce.
Et là, tout le gameplay, les puzzles et les différents décors parcourus paraissent donc "logiques", naturels.


Mon gros point noir, comme pour beaucoup, aura été l'exploration/puzzle. Lourd, lent, et avec des énigmes faisant très pâle figure surtout après avoir fait The Witness, sans rejouabilité intéressante... je me suis beaucoup plus éclaté en découvrant le mode Photo du jeu.
Si, comme pour moi, Ansel vous fait planter quelques jeux, Hellblade propose un mode Photo intégré mais très rudimentaire, à activer dans le menu puis en utilisant le d-pad bas en jeu, marche y durant compris les cutscenes.
J'avais aussi fini par faire une petite galerie, mais c'est quasiment la même que celle de l'article (sauf que j'abuse des filtres à la con parce que je découvre ça cinq ans après tout le monde XD).


Quant aux personnages, Pedrodactyl parle d'un effet bizarre dans le jeu, c'est parce qu'il ont utilisé une fausse bonne idée : Senua est la seule en 3D, Druth et les rares autres sont des acteurs sur fond vert et projetés en 2D (activer le mode photo dans ces cutscenes permet de voir le trick). Enslaved avait fait quelque chose d'équivalent avec Andy Serkis.
Et ouais, l'acteur de Druth est très mauvais. Genre Dominic Cooper, mais pire.
Un peu comme le film Warcraft, on a surtout l'impression que les personnages virtuels sont bien plus convaincant, Senua et son jeu de regard étant superbes.
ARM a dit :

Et ouais, l'acteur de Druth est très mauvais. Genre Dominic Cooper, mais pire.
+1...